Ça va changer ! Nous sommes tous bas alpins !

~Bruno bourjac - Ambitions04

APPEL AUX MILITANTES ET MILITANTS

ATT_1459881280957_8889

Cher amis,

Au mois de juin prochain le bureau national des Républicains va donner les investitures dans le cadres des élections législatives.

Une nouvelle fois, nos territoires, le terrain et les gens qui les composent ne seront pas consultés.

Devons-nous nous laisser imposer des candidats par Paris ? sommes-nous condamnés à accepter des choix qui ne sont pas les nôtres ?

Les militants savent fort bien que nos défaites successives viennent de notre incapacité à désigner des candidats compétents et crédibles. La compétence, c’est le fruit d’une vie de travail, d’expériences professionnelles mais aussi d’études sérieuses. La crédibilité c’est l’enracinement sur un terroir et la connaissance d’un territoire. Trop souvent nous n’avons eu ni l’une ni l’autre. Où est la démocratie ? quand consultera-t-on les militants ?

 

Je ne me résigne à ce que depuis près de vingt ans, le gaullisme et la droite républicaine disparaissent peu à peu de notre département. Il est temps que cela change !

Car les Alpes de Hautes Provence ont des atouts innombrables : la beauté de ses paysages, le dynamisme de son agriculture, la richesse de son patrimoine. Et pourtant chaque année, les indicateurs économiques sont sans cesse plus mauvais : recul des créations d’entreprises, de la construction de logement et de locaux professionnels ou encore des exportations. Le tableau ne serait pas complet si je n’évoquais la désertification médicale, l’enclavement routier, l’absence de vision et de concertation sur les communautés de communes.

Sur l’ensemble de ces sujets il nous faut une vision d’avenir et des propositions claires. Un homme politique doit se projeter sur 15 à 20 ans. Que sera notre département à l’horizon 2030 ? nous n’entendons ni ne voyons rien. Pourtant l’alternative est simple : soit les Alpes de Hautes Provence seront le Luberon en mieux, soit un département dortoir au profit de la métropole d’Aix-Marseille.

Fils d’agriculteur, j’ai pu grâce à la méritocratie républicaine, intégrer Sciences Po Paris et faire un doctorat d’histoire. Attaché à mon territoire, je n’accepte pas que nos enfants soient condamner à quitter leurs villages sans grands espoirs d’y revenir hormis pour les vacances scolaires. Ils sont notre richesse nous devons leur offrir la possibilité de vivre et de s’épanouir auprès de nous, c’est à dire chez eux.

Nous n’avons désormais plus le temps. Il nous faut un député enraciné viscéralement dans son territoire et qui ait en même temps une réelle envergure politique. Le député que nous choisirons devra fermement prendre position sous forme de lois sur :

  • L’obligation aux jeunes médecins de venir s’installer à la fin de leurs études durant au moins 5 ans en zones rurales.
  • La réforme territoriale, avec la fusion des conseils départementaux et régionaux, la réforme des communautés d’agglomération sur la base d’une idée simple pour que les petites communes pèsent autant que les grandes : une commune/ une voix.
  • Une véritable réforme de la fiscalité au profit de nos agriculteurs car c’est le seul moyen de les aider.
  • Une refonte du RSI.
  • La mise en place de zones éducatives d’excellences car il n’y a pas que les jeunes de banlieues qui souffrent de déclassement et de l’impossibilité d’accéder aux grandes écoles.

Il devra également investir le champ culturel et touristique en pesant de tout son poids pour faire avancer les projets et leur donner tout l’écho qu’il méritent.

Le député que vous choisirez, car vous le choisirez, devra également s’engager à revenir vers vous chaque année avec une feuille de route décrivant ce qu’il à fait et ce qui reste à faire. Nous devons en finir avec cette classe politique en campagne perpétuelle, qui ne respecte pas sa parole, qui change d’avis et de mandats au grès du vent, bref qui est là pour se servir au lieu de servir. Alors oui, je suis candidat car j’ai un projet et une ambition pour notre territoire.

Bruno Bourjac